side-area-logo

Témoins d’argile

Les figurines en terre cuite du centre de la Gaule
17.10.2020 > 19.09.2021
Musée Anne-de-Beaujeu (Moulins)

 

Au 19e siècle, au cœur du département de l’Allier, les découvertes de petits objets en terre cuite attirent l’attention des érudits et des chercheurs : Alfred Bertrand, Louis Esmonnot ou encore Edmond Tudot, membres de la Société d’Émulation de l’Allier, entreprennent alors des fouilles. Ils mettent au jour de nombreux fours datant de l’Antiquité ainsi que des fragments de figurines et les moules qui ont servi à les produire.

C’est à la croisée de plusieurs peuples celtes que se développent, entre le 1er et le 3e siècle de notre ère, de nombreux centres de productions de céramiques dits aujourd’hui « de Gaule centrale ». La figurine en terre cuite tient une place importante et est  commercialisée dans une grande partie de l’Empire romain. L’importance de ces productions est telle, que jusqu’à peu, elles étaient nommées « figurines en terre blanche de l’Allier ».

Si la production de figurine, dans la basse vallée de l’Allier, est largement dominée par les représentations de déesses (Vénus et Déesse-mères essentiellement), les coroplastes antiques ont su imaginer et créer tout un univers d’argile autour des dieux, des animaux de toutes sortes, des fruits, des objets du quotidien…

Aujourd’hui, le développement de l’archéologie préventive, la conduite de nouvelles recherches universitaires et la mise en place de protocoles d’archéologies expérimentales conduisent à apporter un nouveau regard sur cet artisanat.

 

Recommend
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIN
Share
Tagged in